Sardanapale

Archives for October 2009


# Posted on Monday 19 October 2009 - 7 Comments

Low-energy light bulbs don’t make sense

Whichever side of the Atlantic you live on, the government is forcing you to ditch ordinary incandescent light bulbs and switch to “compact fluorescent lamps”.

The rationale is that incandescents are wasteful – most of the energy they consume is turned into heat rather, not light – while CFLs are efficient (just try turning on one of each, wait for 10 minutes and touch them: you’ll really feel the difference.)

In his latest column, Jonathan Rauch asks: “Is this a smart way to save some energy? Or, rather, an example of ham-handed environmental grandstanding?”

After weighing various pros and cons, Rauch votes for n2. Expensive low-energy light bulbs have been around for decades, and are now selling mostly by government fiat. A spontaneous choice they are not.

Rauch lists some of the problems with CFLs:

“As someone who has recently made a good-faith effort to switch, I can tell you that fluorescents deserve their not-ready-for-prime-time reputation.

They are slow to come on and slower to reach full brightness. They come in weird, ugly shapes, typically reject dimmers, and don’t even fit in half the places where I need to put them.

Their reliability is spotty. And they contain toxic mercury, making breakage and disposal problematic. That’s before considering their light, which is mediocre at best and ghoulish at worst.”

Rauch goes on to consider various other problems – notably the fact that, as one town in Iowa found, low-energy bulbs can lead to an increase in energy use for lighting, as people keep them turned on in the mistaken belief that they are free to use.

Rauch concludes that it can make sense to reject efficient but costly CFLs in favor of cheap, ordinary light bulbs that are more expensive to use.

People should be allowed to do so, and that choice need not be environmentally detrimental if electricity is priced properly. Amen to than.

Another good argument against CFLs is offered by the French economist Remy Prud’homme, who in a recent paper factors in the heat emitted by ordinary light bulbs.

In summer, that heat is indeed wasted: incandescents are truly wasteful. But in winter – when most of your lighting us takes place – those ultra-hot bulbs reduce your heating bill.

If you take this into account, and Prud’homme has done the sums, a switch to CFLs would INCREASE total energy bills in France by some 7bn euros (the equivalent adjusted for population would be $50bn in the US).

And since heating comes mostly from oil and gas – as opposed to electricity, which in France comes mostly from clean nuclear plants – this would also result in a RISE in CO2 emissions!

So CFLs are bad for users and bad for the environment. They are, in Prud’homme’s words, a “false good idea”.

Ampoules à basse energie: une fausse bonne idée

De toutes parts on nous enjoint d’abandonner les ampoules classiques à filaments.

Celles-ci sont effet notoirement inefficaces: 95% de l’énergie consommée produit de la chaleur, non de la lumière.

On nous dit d’employer à la place des ampoules à basse énergie, qui consomment cinq fois moins d’énergie et durent bien plus longtemps.

Hélàs, ces ampoules, disponibles sur le marché depuis longtemps, n’ont pas la faveur des consommateurs. Les pouvoirs publics ont donc pris les choses en main pour pallier cette défaillance patente du marché.

Une directive européenne a déjà fait disparaître les 100 watts des rayons de tout un continent; l’Amérique, où l’energy bill de 2007 déclare la guerre au gaspi, n’est pas loin derrière.

Longtemps irrité par ces mesures coercitives, je me réjouis que certains commentateurs aient entrepris de m’expliquer exactement ce qu’elles ont d’imbécile.

Dans sa dernière “column”, le journaliste américain Jonathan Rauch fournit d’excellentes raisons de détester les ampoules à basse consommation, dont:

– elles sont lentes à la détente
– elles émettent une lumière pâle, voire fantomatique
– leurs formes bizarres ne conviennent pas à de nombreuses lampes
– leur teneur en mercure les rend dangereuses à jeter
– elles sont chères
– elles peuvent entraîner un accroissement de l’énergie consacrée à l’éclairage, du fait qu’elles restent souvent constamment allumées

Comme le souligne Rauch, on peut avoir de bonnes raisons de préférer un produit peu cher à l’achat mais coûteux à l’usage que l’inverse, surtout si ce produit est de meilleure qualité.

Mais pour moi, le meilleur argument contre les ampoules à faible énergie est avancé par l’économiste Rémy Prud’homme.

Ces ampoules, explique Prud’homme dans une causerie organisée par le Club Autrement, constituent une “fausse bonne idée”: la chaleur dégagée par les ampoules à filaments diminue d’autant le chauffage en hiver (la saison où on utilise le plus les ampoules).

Si on prend en compte ce facteur, les ampoules à faible consommation reviennent PLUS CHER aux utilisateurs que les ampoules classiques.

De plus, du fait que l’électricité en France provient surtout de l’énergie nucléaire “propre”, par opposition au fioul et au gas utilisés pour les deux tiers du chauffage en France, un changement d’ampoules entraînerait une hausse notable des déchets de CO2!

Les arguments de Prud’homme sont développés dans ce document, où il écrit que pour les ampoules qu’on impose aux Français amputent leur “pouvoir d’achat de 7 milliards pour doubler les rejets de CO2”.

Fausse bonne idée ou vraie mauvaise idée?

Sardanapale @ 9:59 am
Filed under: Environment andFrance andUSA

# Posted on Sunday 11 October 2009 - 2 Comments

Iran and the evil British

Iran and Britain, a documentary broadcast this week by the BBC, neatly explores the paranoid style in Iranian politics.

A conspiracy-driven view of the world has been certainly nurtured by the ayatollahs – tyrannies always need hidden enemies to provide an excuse for repression and a cover for failure.

But in the case of Iran, as the program shows, paranoia predates the Islamic revolution.

The best expose of Iran’s obsession with foreign plots was Uncle Napoleon – a 1970s satirical novel, later turned into a hit TV series, written by a diplomat who went to exile after 1979.

Uncle Napoleon is a veteran who fought Britain in World War I and sees the evil hand of the British everywhere.

Of course, Iranians have at times had reason to be paranoid about the Brits – e.g. the removal of Prime Minister Mossadegh in 1953.

But the documentary’s cool examination of British-Iranian relations over the years shows that ritual denunciation of British perfidy is a security blanket.

The last Shah was convinced that his downfall had been engineered in Whitehall and the corridors of the BBC.

The same mindset was in evidence after the recent protests against Ahmadinejad’s fraudulent re-election.

As the author of the documentary, Christopher de Bellaigue, says:

“A large number of Iranians are still tempted to point a finger at Britain whenever something goes wrong.”

In conclusion, the translator of Uncle Napoleon reveals a deep thuth that applies to many dysfunctional polities:

“The fallback view in Iran of the political world is always that what you see is not the truth. There’s always something underneath it. This is very deep in the Iranian take on world politics, that if you believe in what you’re shown, then you’re just being a naive fool.”

Click here to watch Iran and Britain(available until Thursday 15th).

Du conspirationnisme en Iran

“Seuls les esprits superficiels ne se fient pas aux apparences.”
Oscar Wilde
__________________________________

Un documentaire diffusé cette semaine par la BBC analyse la tradition paranoïaque dans la politique iranienne.

Les ayatollahs ont poussé cette tradition à son paroxysme, mais elle date de bien avant la République islamique.

Ainsi le shah était persuadé qu’il devait sa chute aux menées de la Grande Bretagne, le Grand Satan historique de l’Iran.

Le thème central de ce documentaire, réalisé par le journaliste britannique Christopher de Bellaigue, est l”oncle Napoléonisme” – du nom du héros du roman satirique Mon Oncle Napoléon, un ancien combattant dont l’esprit enfiévré voit la main de Londres partout.

Bien sûr le succès du roman, et de la série télévisée des années 1970 qui en fut tirée, montre que de nombreux iraniens sont prompts à rire du conspirationnisme brocardé par l’auteur.

Mais ce succès est dû aussi, précisément, au fait que Mon Oncle Napoléon tape juste. Comme le dit Bellaigue:

“Un grand nombre d’Iraniens pointent le doigt vers la Grande Bretagne dès que quelque chose ne va pas.”

Ce fut certainement le cas cet été, lorsque Londres fut désigné comme l’instigateur des manifestations qui ont suivi la ré-élection frauduleuse d’Ahmadinejad.

En conclusion, le traducteur de Mon Oncle Napoléon définit admirablement la maladie infantile de la politique, qui sévit dans de nombreux pays:

“En Iran, l’idée à laquelle les gens reviennent toujours est qu’on leur cache la vérité. Cette croyance profonde colore la conception qu’ont les Iraniens de la politique internationale: si vous croyez ce qu’on vous montre, c’est que vous êtes un imbécile naïf.”

Pour voir ce documentaire, Iran and Britain, cliquer ici (visible jusqu’au jeudi 15).

Sardanapale @ 1:02 am
Filed under: General

# Posted on Sunday 4 October 2009 - 1 Comment

Darwin on screen

Charles Darwin is one of my great heroes. I regard the author of The Origin of Species as a model of scientific probity, moral courage and intellectual clarity.

And I regard evolution by natural selection as the single most important idea in the history of human thought.

My fascination with Darwin’s life and work meant that I very much looked forward to seeing the movie Creation.

Maybe the film could not possibly live up to my expectations, but I was disappointed.

Darwin’s bio is competently summarized: the travels, life as a gentleman naturalist, the barnacles, the inner struggle as Darwin loses his religion, the procrastination in writing the masterwork – it’s all in the film.

The scientific militant friends Thomas Huxley and Joseph Hooker, and Alfred Russel Wallace, the young admirer who independently discovered natural selection, also get passing mentions.

But all this is overshadowed in the film by high family drama – notably darwin’s tender but tense relation with his wife, and above all his daughter’s death.

I’m sure the tragedy plunged Darwin into despair. But the portrait of the Victorian patriarch as a hallucinating wretch who shakes, screams and vomits with guilt until he and Emma manage a last-minute cathartic love-fest, just doesn’t ring true.

It would have been possible to make Darwin’s struggles interesting without turning them into standard 21st-century reality-TV fare.

Down House blues

Je suis un fan de Charles Darwin. Je tiens l’auteur de L’Origine des espèces pour un modèle de probité scientifique, de clarté d’écriture, de rectitude morale et de courage intellectuel.

L’idée de sélection naturelle me paraît la plus belle, la plus profonde jamais issue d’un esprit humain.

Je suis à suis point darwiniste que je récuse le concept même de darwinisme.

C’est à tort qu’on parle de “théorie” pour désigner une interprétation des faits mille fois confirmée depuis 150 ans, et renforcée par les tests les plus rigoureux.

Tout cela pour dire que la récente sortie du film Creation a engendré en moi une vive anticipation.

Mon héros, bénéficiant déjà des honneurs officiels du panthéon Westminsterien, d’une exceptionnelle exposition au Natural History Museum et de son effigie sur les billets de banque, avait enfin droit à l’homage populaire d’une sortie sur les écrans.

Sans doute en attendais-je trop, mais j’émergeai de l’Odeon Bexleyheath un peu déçu.

Les voyages de Darwin, sa vie de gentleman naturaliste dans le Kent, ses recherches sur les bigorneaux, son conflit avec la religion, ses atermoiements pour accoucher de l’Origine des espèces sont bien résumés – ainsi que le rôle joué par son ami Thomas Huxley, et Alfred Russel Wallace qui faillit lui damner le pion.

Le problème, c’est que tout cela est éclipsé dans le film par les drames familiaux de Darwin: sa relation à la fois tendre et tendue avec sa dévote de femme, et surtout la mort de sa fille Annie.

Je ne doute pas que cette tragédie l’ai plongé dans la douleur.

Mais le portrait du patriarche victorien en loque hallucinée, fou de malheur et de remords, sauvé in extremis par une catharsis thérapo-sexuelle avec Emma, tout cela est “over the top”.

Il eût été possible de rendre la vie et les combats de Darwin dans toute leur force sans les transformer en mélo pour télé-réalité.

Sardanapale @ 7:42 pm
Filed under: Arts and lit