Sardanapale

Posted on Thursday 23 April 2009

The drug laws don't work

Okay, we economic liberals have a tendency to blame the government for everything.

Minimum wages cause unemployment, welfare breeds teenage mothers, stupid monetary policies brought about the Great Depression and the current crisis, etc.

This constant search for government failures may seem facile, but it's a damn sight healthier that the liberals' perennial quest for market failures.

Markets tend to correct their own mistakes much quicker than governments correct theirs.

And it's also good to be on the lookout for government failures because most people find it so hard to recognize them even if they stare them in the face.

Take the US war on drugs.

Every year the America government spends $40bn a year and locks up half a million of its citizens to try to stop the trade.

It has exported the war to Latin American allies like Mexico and Colombia, which are in danger of becoming failed states.

The human cost of the war is huge: tough US drug laws are the main reason one black man in five has served time in jail. Since interracial marriage is a rarity, the result is that millions of black women are single – often with children.

Yet this huge price has not dented the supply of drugs. By their own (probably inflated) account, drug warriors claim to seize close only half of the cocaine produced.

Drugs are clearly a big problem – but the evil they do is due mostly not to their undeniable harmful nature, but to the fact that they are illegal.

Prohibition is wrong both in principle and on practical grounds. The government has no business telling people what they have to do to their bodies and interfering with a free transaction.

The huge effort to stop that trade only drives it underground, where it does most damage, and puts it in the hand of criminals.

It gives police extraordinary powers, blights the lives of millions and corrupts the body politic in untold ways.

If drugs that are currently illegal could be manufactured by reputable firms and sold from legitimate outlets, thugs across the US would lose their lucrative monopoly.

They would have to go out and sell insurance instead, or brush up on their hamburger-flipping skills.

Most would be doing something useful for society instead of destroying it and many, of course, would make outstanding businessmen.

Police would be able to focus on real criminals, rather than addicts who should be treated as patients, not felons.

Would legalization lead to higher levels of addiction? Possibly – but at least personal tragedies would not be turned into a social scourge that affects everyone.

But it is not certain that there would be many more addicts under a legal, well-regulated drug regime.

The most spectacular reduction in consumption of an addictive narcotic in recent decades has been achieved not with illegal substances, but a legal one – tobacco.

Alcohol prohibition was identified as government-made disaster – and was scrapped after 14 years.

Narcotics have been banned for decades, producing exactly the same evils as (gangs, corruption, extraordinary police powers), and yet few see the fundamental problem for what it is.

People blame "evil" traffickers and clamor for more crackdowns – i.e. more government. Some even see the drug problem as a failure of free markets! (See column on the right, about a French writer who apparently thinks Nafta covers the drug trade.)

It is exactly the opposite – the biggest state failure of modern times. For more on this, read Milton Friedman's classic 1989 Open Letter to Bill Bennett, and these equally eloquent Economist leaders from 1989 and March this year.

L'antilibéralisme, opium des clercs

L'invité de L'Esprit public du week-end dernier est un certain Jean-Paul Malrieu, dont le livre Dans le poing du marché pourfend le "prêt-à-penser" néolibéral.

Le principe de concurrence instaure selon lui un "état de guerre économique généralisée", lequel est appelé à s'aggraver avec le ralentissement économique:

"Cette crise va, dans un premier temps, renforcer la violence que les principes compétitifs infligent à la société...

Elle va se traduire par des injonctions draconiennes au renforcement du libéralisme.

Il ne sera pas question d’interroger son modèle de guerre totale, mais de l’intensifier."

Pour illustrer la nature belligène des échanges sauvages, Malrieu évoque les ravages infligés au Mexique par les narcotrafiquants.

Pour voir le commerce de la drogue comme exemple de marché dérégulé, il faut avoir consommé des substances hallucinogènes à forte dose.

Le commerce de la drogue - faut-il le rappeler? - n'est pas couvert par l'Alena.

Loin de laisser faire et de laisser passer, les gouvernements mexicains et américains sont engagés dans une lutte sans merci contre ceux qui s'y livrent.

L'État américain à lui seul dépense plus de 40 milliards de dollars par an pour tenter de l'empêcher.

Un million et demie de personnes sont arrêtés pour délit de drogue rien qu'aux US.

Aucun État au monde ne fait une guerre met autant de ressources dans la lutte contre la drogue – et ceci sans aucun effet discernable.

Côté Mexique, le Président Felipe Calderòn a engagé une guerre totale contre les trafiquants dès son arrivée au pouvoir en décembre 2006. Depuis, 800 soldats et policiers mexicains ont été tués.

Bref la narco-gangrène qui menace le Mexique n'est pas liée au libre échange, mais précisément à son contraire: la prohibition.

Là où le commerce avec les États-Unis fonctionne sans entrave, le résultat n'est ni la violence, ni la corruption, mais l'essor économique.

Les maquiladoras, ces usines frontalières qui importent et traitent des pièces pour réexpédier des produits finis vers les Etats-Unis, le tout sans droit de douane, ont stimulé la productivité et le niveau de vie.

L'ouverture commerciale du Mexique depuis 15 ans a aussi coïncidé avec un progrès notable de la démocratie, et la fin du monopole du PRI.

Le plus consternant dans l'émission en question, c'est qu'aucun des invités de L'Esprit public n'a relevé l'idiotie de l'argument sur le Mexique.

Personne n'a relevé un argument tout aussi douteux avancé par Malrieu, consistant à mettre au débit de la mondialisation la marginalisation de L'Afrique.

Les Africains, victimes à la fois de la rapacité de leurs propres dirigeants et du protectionnisme occidental, soufrent précisément parce qu'ils demeurent en marge des échanges mondiaux.

Nous avons affaire, dans les remarques de Malrieu sur le Mexique et l'Afrique, au raisonnement fallacieux qui consiste à attribuer au libéralisme les tares de l'étatisme.

Ce sophisme est à la source de la propension répandue à voir des "market failures" partout, et à ne pas identifier les "government failures" (voir colonne en regard).

Le silence des invités de L'Esprit public confirme qu'en France, cette prévention contre les marchés n'est pas le seul fait d'antilibéraux primaires comme Malrieu.

La semaine précédente, une autre "émission thématique" fut une ode au protectionnisme!

J'y vois un signe que les ravages de la crises ne sont pas simplement économique et sociaux, mais aussi intellectuels: l'opium de l'antilibéralisme engourdit plus que jamais la pensée française.

Sardanapale @ 5:11 pm
Filed under: Philosophie andUSA
  1.  
    April 24, 2009 | 10:00 am
     

    I agree totally on the futility and the immorality of the war on drug – Guido add a entry about it just yesterday on how hypocritical politicians were on the subject -.

    But I doubt that the regulation that you talk about for cigarettes or else is not just a way for the government to transfer money from one pocket to the other. One wonder if smoke free restaurant would have not appears without regulation when the market would have seized the opportunity of getting more clients.

    Saying that the benefice of stopping that war would more that outweigh the cost of the new bureaucracies and red tapes that the state will clearly advocate for… If that the price to pay to go in the right direction be it.

    Another advantage of a legal market is that it would probably promote the production of drug that are safer and more worker friendly. Nowadays the incentive is to maximize the power-size ratio instead of diversifying the offer.

  2.  
    Sardanapale
    April 24, 2009 | 10:17 am
     

    We agree: I didn’t mean to endorse illeberal anti-smoking laws enacted on both sides of the Atlantic, and even less the tobaco settlement shakedown in the US.

    Without any special expertise on the issue, I reckon a few nudges and trust in markets is the right approach to tobacco. My main point was that legalization of drugs had to be the starting point: then regulate and educate. Decades of prohibition have not reduced consumption.

    It has probably had the opposite effect: in the minds of young people, the fact that a substance is illegal makes it more desirable.

    Thanks for pointing me to Guido’s post. Here’s the link.

  3.  
    Le GR
    May 13, 2009 | 5:30 pm
     

    Mon cher Sardanapale, d’abord, ça faisait un certain temps que je n’étais pas venu sur votre site, et c’est avec plaisir (et profit) que je rattrape mon retard en lisant tous les articles que j’avais manqués. Chacun mériterait un commentaire mais je n’ai pas le temps malheureusement. Je vous signale simplement que ce matin, dans la matinée de France culture, l’invité était l’inénarrable Alain Badiou, “philosophe maoîste” bien connu car chéri de “Libération” et autres organes centraux du boboîsme rad’chic (comme il y avait autrefois les rad’socs). L’émission a été proprement surréaliste. Comme à son habitude, Badiou a récité son chapelet d’un autre temps sans qu’aucun intervenant ne l’interrompe pour lui dire que ce qu’il avançait ne tenait pas debout une seule seconde (il y avait pourtant des gens comme Olivier Duhamel et Alain-Gérard Slama qui ne sont pas des paléomarxistes…) C’est ainsi que Badiou a pu affirmer que tous les régimes politiques avaient du sang sur les mains et que le capitalisme n’avait aucune leçon à donner aux régimes communistes en matière de crime contre l’humanité. On a pu aussi assister à un “débat” (si l’on peut dire) sur la notion d’égalité (et Badiou de dénoncer sur tous les tons les “atroces” inégalités de la société actuelle….), sans que personne ne distingue jamais égalité des chances et égalité des conditions (c’est-à-dire égalitarisme), ce qui rendait la “discussion” proprement sans intérêt. Il y aurait bien d’autres choses à dire sur cette émission et si je vous écris ce commentaire, c’est d’abord pour vous remercier de continuer à rédiger votre blog, si salutaire. Par les temps qui courent, où l’anti-libéralisme primaire prospère plus que jamais, on a besoin de combattants de la liberté comme vous. Si je n’étais pas si occupé, je participerais volontiers à cette oeuvre plus que jamais indispensable en France : sauvegarder un espace (aussi étroit soit-il) pour sauvegarder l’esprit libéral et éviter que le goût de la liberté ne succombe pas sous les coups plus que jamais féroces (et faciles) de la démagogie collectiviste. Alors surtout, tenez le coup! Et je suis certain que tous vos lecteurs s’associeront à mes remerciements/encouragements.

  4.  
    Le GR
    May 13, 2009 | 5:34 pm
     

    Désolé pour les fautes de français, je vous ai écrit en “coup de vent”…

Sorry, the comment form is closed at this time.