Sardanapale

Archives for March 2007


# Posted on Monday 26 March 2007 - 3 Comments

Bye for now

I’m taking three weeks off – not that I really deserve a vacation, however I’d be silly to turn it down.

I won’t be able to update this blog for a while, but I will be back.

And I’ll still try to write the odd post from California if my family let me.

For now I’m leaving you with a quote from Ghanaian President John Kufuor.

Slavery is a big issue as Britain marks the 200th anniversary of the abolition of the Atlantic trade, and Kufuor dismissed talk of compensation for the descendants of victims thus:

“Payment of reparations may prove difficult and complex given the fact that Africans were as active and therefore as blameable in this trade.”

I won’t say anything else, as white people who mention that fact lay themselves open to charges of racism.

Vacance

Je m’apprête à partir en vacances – un congé aussi pascal qu’immérité à vrai dire, mais puisqu’on me l’offre j’aurais tort de me priver.

Au cours des trois prochaines semaines, je ne pourrai pas mettre à jour régulièrement ce site. Mais j’essaierai quand même de livrer quelques impressions de Californie…

Je vous laisse avec ma citation du jour.

John Kufuor, le président Ghanéen, sur la difficulté que poserait toute compensation versée aux descendants des victimes de la traite transatlantique:

“Le versement de réparations pourrait s’avérer difficile et complexe du fait que de nombreux Africains eurent un rôle actif dans ce commerce, et sont donc tout aussi fautifs.”

Un blanc qui dirait la même chose risque de se faire traiter de raciste, alors je ne dirai rien de plus.

Sardanapale @ 9:48 pm
Filed under: General

# Posted on Thursday 22 March 2007 - 7 Comments

What went wrong?

The Economist has this (correctly) bleak assessment of Jacques Chirac’s legacy:

“On entering the Elysée Palace, Mr Chirac inherited a restive country, with high unemployment, mounting debt, a disoriented electorate and a sense of political stagnation.

Twelve years later, having announced his decision not to run again, the 74-year-old Mr Chirac bequeaths to his successor a restive country with high unemployment, mounting debt, a disoriented electorate and an even more intense sense of political stagnation.”

Why did Chirac fail? The Economist, I think, hits the nail on the head again:

“(H)e has come to embody the non-confrontational, risk-averse approach to governing the country that, in many ways, has characterised French political leadership for the past quarter of a century.

This manner of government is neither clearly to the right, nor to the left; it shies away from conflict, and it denies the depth of the underlying problem.”

To someone living in Britain, the contrast with Tony Blair is striking.

Blair once gave a great definition of his job:

“The art of leadership is learning to take decisions. Sometimes you’re right, sometimes you’re wrong… and someone always gets angry.

When I first started in politics, I wanted to please everyone. Then after a time you learn you can’t please everyone.

So you have to realize in the end that the best thing is to do what you think is right and everyone can make their judgment.”

These words would never pass Chirac’s lips. The thought would never cross his mind.

I think therein lies all the difference between a gentle failure like him and a tough leader like Blair.

Douze ans pour rien

The Economist dresse ce bilan de la présidence de Jacques Chirac:

“En arrivant à l’Élysée, Mr Chirac héritait d’un pays agité, avec un chômage important, une dette croissante, un électorat déboussolé et un sentiment généralisé de stagnation politique.

Douze années plus tard… Mr Chirac laisse à son successeur un pays agité, avec un chômage important, une dette croissance, un électorat déboussolé et un sentiment de stagnation politique encore plus intense.”

Voilà pour le constat. Pour ce qui est de la cause, The Economist va aussi à mon sens à l’essentiel:

“Chirac a fini par incarner la timidité, la peur du risque qui caractérisent la classe politique française depuis un quart de siècle.

Cette façon de gouverner n’est ni clairement à droite, ni à gauche; elle évite le conflit et nie l’ampleur des problèmes latents.”

Vu de Grande-Bretagne, cette démarche tranche avec celle de Tony Blair, qui donna un jour une définition admirable de son travail.

“On apprend l’art de gouverner en prenant des décisions.

Parfois on a raison, parfois on se trompe. Mais quoi qu’il arrive on fera des mécontents.

Quand j’ai commencé en politique, je voulais plaire à tout le monde.

Et puis, avec l’expérience, on apprend qu’on ne peut pas plaire à tout le monde.

On finit par comprendre que la meilleure chose, c’est de faire ce qui nous nous paraît juste et de laisser les autres penser ce qu’ils voudront.”

On n’a jamais entendu Chirac tenir un tel langage. L’idée même ne lui viendrait jamais à l’esprit.

Je crois que toute la différence entre lui et un leader comme Blair vient de là.

Sardanapale @ 11:11 am
Filed under: France

# Posted on Friday 16 March 2007 - 2 Comments

Staying cool on climate change

Radicalism, I have noted again and again, can be a remarkably conservative force.

“Activists” often reject calm, sensible reform, as though they preferred a status quo they can panic about.

Jonathan Rauch’s latest column nicely illustrates this feature of modern politics in relation to global warming.

We are, it is true, being bombarded with calls for urgent action.

“We can’t wait the five years it took to negotiate Kyoto,” British Prime Minister Tony Blair said last year.

David Cameron, his conservative rival (and imitator), is trying to out-radicalize the government: “Are we going to act before it’s too late?” he asked recently.

We are getting the same message from activists, journalists, rock stars, and work colleagues: it is five minutes to midnight, and the time to move to avert catastrophe is NOW.

But such hand-wringing is pointless.

Most of those calling for immediate cuts in greenhouse gas emissions and drastic curbs on growth won’t give up driving cars or eating meat.

And as Rauch argues, the apocalyptic warnings ignore the true nature of the challenge. Man-made climate change is real, but it is a manageable, long-term problem.

Carbon dioxide both accumulates and dissipates in the atmosphere over decades.

Stabilizing greenhouse gases “is like turning an aircraft carrier, only much slower,” Rauch writes.

If we stopped emitting any CO2 today, the earth would continue to get warmer for decades to come.

Far being worrying, this means that the solutions also lie in the long term.

Right now there is no substitute for many dirty industries: stopping them immediately makes no sense.

New technologies in the electricity sector typically take 20 to 25 years to develop, and that is our best bet.

As Rauch writes, “this argues not for passivity, and not for delay, but for gradualism”.

While technological solutions are being worked out, he adds, “adaptations” aimed at mitigating the effects of global warming are required (such as protecting coastal areas, fighting malaria, etc.)

But radicalism reject this slow-but-steady, pragmatic approach.

It wants nothing short of wrenching change, regardless of costs, aimed at eradicating the problem immediately.

This preference for do-nothing hysteria is rarely stated.

But Rauch found it explicitly expressed by an “activist” who last year wrote on gristmill.org:

“In an ideal, abstract policy debate, sure, I’d say we should boost our attention to adaptation. But in the current political situation, I don’t want to provide any ammunition for the moral cretins who are squirming frantically to avoid policies that might impact their corporate donors.”

Rauch’s comment:

“This is like denigrating HIV treatment and blocking condom distribution in order to discourage promiscuity. And it is every bit as callous and irresponsible. Where climate change is concerned, the truth… is that too many activists and politicians mistake panic for virtue.”

In general, radical politics tends to be unhelpful and sophomoric.

These traits were noted years ago by P.J. O’Rourke, who wrote these immortal lines:

“Fretting makes us important. Say you’re an adult male and you’re skipping down the street whistling ‘Last Train to Clarksville’. People will call you a fool.

But lean over to the person next to you on a subway and say, ‘How can you smile while innocents are dying in Tibet?’ You’ll acquire a reputation for great seriousness and also more room to sit down…

And worrying is less work than doing something to fix the worry. This is especially true if we’re careful to pick the biggest possible problems to worry about.

Everybody wants to save the earth; nobody wants to help Mom do the dishes.” (All the Trouble in the World, 1994)

PS: Another good expose of climate alarmism can be found here.

Sornettes d’alarme

L’activiste moderne, je l’ai souvent constaté, est un champion de l’inaction. La préservation horrifiée du statu quo lui est préférable à la réforme tranquille.

Révolutionnaire dans la tête, il est conservateur dans les faits. Il déteste l’ordre établi, mais se délecte à en souffrir.

Le dernier article de Jonathan Rauch constate cette aversion à la réforme paisible dans le débat sur le changement climatique.

Certes, on nous exhorte constamment à l’action. “Nous ne pouvons pas attendre les cinq ans qu’il a fallu pour négocier Kyoto,” déclarait Tony Blair l’an dernier.

Le conservateur David Cameron, rival et imitateur de Blair, renchérit: “Allons-nous agir avant qu’il ne soit trop tard?”

Politiques, journalistes, rock stars, collègues de bureau, nous disent tous la même chose: il faut agir tout de suite pour sauver la planète de la catastrophe.

Mais cette hystérie ne débouche sur rien de concret: ceux qui demandent une réduction brutale de la croissance, voire à l’abandon du capitalisme industriel, sont eux-mêmes incapables de renoncer à la voiture ou à la viande de boeuf.

Et surtout, comme le montre Rauch, l’alarmisme est mauvais conseiller. Il note que le problème existe, mais qu’il n’est pas de nature urgente. Le gaz à effet de serre s’accumulent dans l’atmosphère et s’en dissipent sur des décennies.

Si on arrêtait aujourd’hui toute émission de CO2, la terre continuera de se réchauffer pendant longtemps. La stabilisation de ces gaz est comparable à la manœuvre d’un porte avion – “only much slower”, ajoute Rauch malicieusement.

Rien de ce que nous faisons cette année n’aura une incidence notable sur le climat dans un siècle. Ce constat, loin d’être inquiétant, suggère que les solutions, tout comme les problèmes, se situent dans le long terme.

Il n’existe pour l’instant pas de technologies de remplacement pour de nombreuses industries: les abandonner tout de suite serait absurde.

Mieux vaut tabler sur un horizon de 20 ou 25 ans (le délai moyen de développement de nouvelles technologies dans le secteur électrique). Rauch ne préconise ni l’inaction ni l’action différée, mais le gradualisme.

En attendant des solutions technologues définitives, ajoute-t-il, il faut renforcer les “adaptations” visant à mitiger les effets du réchauffement (protection des zones côtières, lutte contre la malaria, etc.)

L’activisme radical rejette un tel pragmatisme. Il réclame un changement brutal, à n’importe quel prix, qui emporte le mal une bonne fois pour toute, ou rien.

Cette prédilection pour l’immobilisme catastrophé est rarement admise explicitement. Mais Rauch en a trouvé l’expression claire et nette dans le commentaire d’un activiste sur gristmill.org.

Les adaptations sont très bien dans l’abstrait, dit-il, mais dans le débat actuel elles sont à rejeter car elles apportent de l’eau au moulin des odieux capitalistes qui veulent se soustraire aux mesures radicales nécessaires (citation en regard).

Commentaire de Rauch:

“Cela équivaut à s’opposer au traitement contre le VIH et à la distribution de préservatifs pour décourager la promiscuité sexuelle. Et c’est tout aussi irresponsable. En ce qui concerne le changement climatique la vérité… est que trop d’activistes confondent panique et vertu.”

Le choix de la jérémiade impuissante qui nous dispense d’action pratique est une donnée de base de la politique moderne.

Elle a été notée par plusieurs commentateurs, dont Régis Debray (il lui arrive d’avoir raison) qui écrivait à propos des intellectuels français:

“N’y a-t-il pas, sous l’ostentation des remontrances, quelque indifférence profonde au réel et plus encore à ses transformations possibles?… On ne se met pas en état d’agir sur le réel quand on dédaigne ses tenants et ses aboutissants?” (I.F., suite et fin, 2000)

Celui qui a le mieux exprimé cette idée est sans aucun doute P.J. O’Rourke:

“Il est plus facile d’être angoissé que de trouver un remède à notre angoisse. C’est particulièrement le cas si vous prenez soin de choisir le plus sujet d’inquiétude le plus énorme possible.

Tout le monde veut sauver la planète. Personne ne veut aider maman à faire la vaisselle.”

PS: pour une autre critique de l’arlarmisme climatique, je recommande ce bon papier de la BBC.

Sardanapale @ 2:12 pm
Filed under: General

# Posted on Thursday 15 March 2007 - 5 Comments

Reductio ad Stalinum

An afterthought on the issue of the French government’s agreement to build a branch of the Louvre Museum in Abu Dhabi – which has outraged the French art world.

Françoise Cachin, honorary director of French museums and a prominent signatory of a petition entitled “Museums are not for sale”, drew an intriguing parallel during a recent radio show:

“As far as I am aware, there are only two precedents in Europe for the decision to sell works from museums: Lenin in the 1930s and Hitler during the war. Those are the only two cases. I am not proud to be French right now.”

Let’s not dwell on the fact that Lenin was long dead by the 1930s and assume she meant to say “Stalin”.

As far as museum policy is concerned, Mrs Cachin suggests the equation:

French culture minister = Stalin (or Lenin) = Hitler

The first term can be easily laughed away, but the second signals an interesting move towards historical awareness on the part of a member of the French artistic left.

Progrès de la conscience historique

Retour sur le projet de Louvre-Abou Dhabi.

Françoise Cachin, directeur honoraire des Musées de France et signataire de la pétition “Les musées ne sont pas à vendre”, a esquissé une croustillante comparaison au micro d’Alain Finkielkraut samedi dernier:

“Les seuls cas que je connaisse en Europe de politiques qui ont pris la décision de vendre des œuvres des musées, il y en a deux: c’est Lénine dans les années 30 et c’est Hitler pendant la guerre. Ce sont les deux seuls cas. Je ne suis pas fière d’être française en ce moment.”

Passons sur le fait que Lénine est mort bien avant les années 30: je suppose qu’elle voulait dire “Staline”.

S’agissant de politique des musées, Mme Cachin suggère donc l’équation:

Renaud Donnedieu de Vabres = Staline (ou Lénine) = Hitler

Si le premier terme a quelque chose de burlesque, le second mérite d’être salué comme un progrès de la conscience historique de la part d’une personnalité de la gauche culturelle française.

Sardanapale @ 12:00 pm
Filed under: France

# Posted on Monday 5 March 2007 - 6 Comments

Culture shock

A storm is raging in the small world of French culture.

It is about the billion euros spent every year on benefits for “intermittent” workers, so they have a rest in decent conditions in between subsidized shows?

Of course not: the government must act to protect jobs.

Is it about the other billion euros sunk annually in subsidies to French films no one wants to see?

Of course not: the government must protect the “cultural exception”.

You’re on the wrong track entirely.

The problem is not that French cultural apparatchiks are spending other people’s money hand over fist.

The scandal is that they are making money.

A storm is over the government’s plan to build a branch of the Louvre museum in Abu Dhabi.

The emir, not known for his stinginess, is prepared to pay 700m euros over 20 years for the privilege of displaying works from French museums.

Such prostitution of France’s priceless heritage is abhorrent to the country’s art world.

“Our museums are not for sale”, proclaims an online petition signed by hundreds of curators, art historians, and archaeologists.

These people would consider free temporary loans of works – but financial gain is anathema to them.

So there you have it:

When the state forces the taxpayer to pay through the nose for services he has no use for (subsidized film, transportation of fragile art to the Gulf) that is good.

When people are ready to pay a good price for a state service they require, that is bad.

Horreur: l’État gaspille moins!

Scandale dans le monde de la culture.

S’agit-il du millard d’euros nets perçus chaque année par les intermittents, pour leur permettre de passer de bonnes vacances entre deux spectacles subventionnés?

Ah non, il faut bien défendre l’emploi!

S’agit-il de l’autre milliard englouti par les aides au cinéma français?

Ah non, il faut bien défendre l’exception culturelle.

Vous n’y êtes pas du tout: le problème n’est pas que l’État culturel dépense à tort et à traver l’argent du contribuable.

Le grand scandale est qu’il en gagne. C’est ce qui ressort du tollé provoqué par l’accord, signé ce mardi, visant à construire une annexe du Louvre à Abou Dhabi.

L’émirat est prêt à payer pour recevoir et exposer des œuvres prêtées par les musées français.

Et comme ils ont du répondant, les cheikhs sont prêt à y mettre 700 millions d’euros sur 20 ans (une somme énorme, équivalant presque à une année d’aide au cinéma ou aux intermittents du spectacle !)

Le monde de l’art s’indigne de cette prostitution de notre patrimoine culturel: “les musées ne sont pas à vendre,” affirment les signaires d’une pétition qui réunit de nombreux conservateurs et historiens de l’art.

À la limite ils envisageraient des prêts gratuit d’oeuvres – mais une telle opération mercantile est honteuse!

Résumons:

Quand l’État force les contribuables à financer des services dont ils n’ont que faire (films subventionnés, transport de tableaux vers le golfe), c’est très bien.

Quand des gens sont près à payer au prix fort à l’État des services dont ils sont manifestement demandeurs, c’est très mal.

Sardanapale @ 11:14 pm
Filed under: France