Sardanapale

Posted on Saturday 16 December 2006

The Allende myth

I noted a few days ago that, even in death, Pinochet continues to be a focus of hatred.

That hatred reflects the vital function the former Chilean dictator serves: a 24/7 rescue service to salvage the conscience of the left.

Do you have doubts about the legitimacy of the Cuban regime? Do Chavez’s authoritarianism and oil patronage bother you?

Fear not: Pinochet is on call to remind you of the main danger faced by mankind, i.e. Washington-backed fascism.

Of course, the Chilean putsch happened a long time ago. But the CIA and US corporations remain as powerful as ever: we should always be reminded of the evil they can do.

Pinochet plays the essential role of the bogeyman in left-wing folklore: his utter wickedness shows up the goodness of his foes.

His memory dispels all complications, redeems the mistakes of the socialist camp, and buttresses its white lies.

The most enduring of these lies relates to the September 1973 coup.

The widely accepted account of the events goes something like this:

Salvador Allende, who was democratically elected and respectful of the constitution, was immediately undermined by the right, the army and American interests.

From outside, US companies whose assets had been nationalized, plotted with the CIA to foment unrest and plunge the country into chaos.

From inside, fascist elements of the armed forces took advantage of the turmoil to drown a revolutionary experiment in blood and kill democracy.

Jean-François Revel and Carlos Rangel showed that this version of events was inaccurate. But 30 years after they wrote, most people accept that Allende was a martyr and Pinochet the bastard who killed him on behalf of America.

It is thus useful to recall the facts as presented by Revel in the Totalitarian Temptation (1976 – this is a summary of Chapter 12, with some additional information that has come to light since.)

1) Allende was not swept to power by an irresistible popular movement.

The 1970 presidential poll was a three-way election. The conservatives, having withdrawn its support for the governing Christian Democrats, fielded a candidate who split the right-wing vote.

The result was a narrow victory for Allende over the Christian Democratic candidate.

But Allende got only 36% of the vote, and almost two-thirds of the electorate voted against him.

2) It is wrong to say that right-wingers were bad losers.

With no outright winner in the election, it was up to Congress to elect a president.

The Christian Democrats who held a large majority of seats could have legally imposed their own candidate.

However they felt they had not won a sufficient mandate, and decided to support Popular Unity, the left-wing coalition headed by Allende.

The ITT bribes later uncovered by US investigators were offered to Chilean deputies ahead of the vote in Congress.

This attempt to subvert democracy was outrageous, but it is important to note that it failed: Allende was elected.

This victory puts into perspective ALL of Washington’s meddling in Chilean politics.

The fact that the Christian Democrat Eduardo Frei benefited from CIA funding in the 1964 election has been confirmed by US diplomatic documents declassified in 2004.

But this did not mean that an all-powerful US ruled Chile by proxy. It that was the case Allende would never have been voted in.

It is also true that between the congressional ballot and Allende’s inauguration the CIA launched a plot against him.

But the significance of this murky affair should not be exaggerated. The 1975 Church report on covert actions in Chile said this about it:

“The CIA attempted, directly, to foment a military coup in Chile. It passed three weapons to a group of Chilean officers who plotted a coup, beginning with the kidnapping of Chilean Army Commander-in-Chief Rene Schneider. However, those guns were returned.

The group which staged the abortive kidnap of Schneider, which resulted in his death, apparently was not the same as the group which received CIA weapons.”

The upshot of this sorry tale is that the plotters failed, the army remained loyal, and Allende was inaugurated two days later.

After 1970 – as the Church report states – the CIA did fund opposition groups in 1971-73.

But the report – written by a fierce critic of the Nixon administration – says there is no sign of US involvement in the 1973 coup.

The military, for its part, did not threaten to step in until early 1973 – when the country was in a tailspin.

This does not justify the coup – but refutes the idea that the army was hostile to Allende from the outset.

3) Chile’s descent into chaos was caused by Allende himself

Having been elected thanks to the support of the parliamentary centre-right, the new president proceeded to act as though he had a mandate to revolutionize Chile’s society and economy.

Allende, Revel noted, “treated the 62% of his countrymen who did not vote for him as the class enemies of the 36% who had voted for him, and governed as if these 36% represented the whole nation.”

Quoting Carlos Rangel, Revel says democracy would have survived in Chile if Allende had not tried to follow the footsteps of Che Guevara and Castro.

The Christian Democrats would have agreed to a reasonable nationalization program – they had themselves nationalized much of the copper industry and embraced land reform in the late 1960s.

They would have been ready to work out a common platform with a candidate they had backed.

But such a program would have been rejected as too timid by Castro and his disciples: this is why Allende went to radical, Marxist policies.

4) It is wrong to argue that Allende respected the constitution.

Allende, as we have seen, does not regard himself as an ordinary leader, but as the founder of a new regime.

He constantly talks of “revolution” and “the Chilean path to socialism”. His supporters admitted, in interviews with Régis Debray, that sticking to the letter of the constitution was a tactical concession.

The Popular Unity movement sidelined labor and student organizations that refuse to join it, and takes over media organisations.

It launched an education reform plan recognizing Marxism-Leninism as an official doctrine.

In 1971, Allende makes clear his vision for the future of Chile by restoring diplomatic links with Cuba – despite an understanding within the Organization of American State that no member would do so.

Cuba’s embassy in Santiago soon had more employees than Chile’s own foreign ministry!

Tens of thousands of guerrillas poured in from across Latin America, bringing weapons with them. It was this accumulation of illegal arms and ammunition that led the army to take action.

True, the left-wing coalition won 43% of the vote in the March 1973 election – an extremely high score after two years of unrest.

But it must be noted that 43% is still a minority, and that the size of the Popular Unity victory is controversial.

According to former President Eduardo Frei – who had backed Allende during the 1970 congressional vote – the government engaged in widespread intimidation and vote-rigging in the 1973 vote.

Frei was not alone in accusing Allende of violation the constitution.

Courts issued many rulings after 1971 accusing the executive of abuse of power, but he disregarded them.

5) The collapse of the Chilean economy was not due to the American “blockade” of internal subversion by the CIA.

The main reason why Chile had difficulties raising money on international markets between 1971 and 1973 was doubts about the country’s solvency.

When a state seizes foreign assets and farms without compensation, it can hardly be surprised if investors and donors show some reluctance. Turkeys can’t be expected to vote for Christmas.

Furthermore, the Allende government did secure short-term IMF credit in January 1972, as well as a rescheduling agreement in April.

Even if financial institutions were extremely wary of Allende, there was no conspiracy to choke the Chilean government.

Truck drivers paralyzed the country not because they received CIA funding (which has not been proven) but because the state threatened their livelihood.

The miners, bus and taxi drivers, nurses, shopkeepers, farmers and many others who marched against Allende during those years were not the puppets of Washington either.

They were ordinary people, blaming the government for their problems.

The left has no problem understanding the legitimacy of popular protests in Chirac’s France – but in Allende’s Chile, a similar movement is regarded as subversion.

The responsibility of the Marxist president in the destruction of democracy in Chile remains a taboo subject.

Pinochet’s grandson was dismissed from the army for having broken that taboo in a speech at his grandfather’s funeral.

In history, convenient myths have a stronger appeal than messy reality.

The Allende mystique will not fade anytime soon. I least did my best to combat it.

La vérité sur Allende

Il y a quelques jours je notais que Pinochet, même mort, continue d’attirer les haines.

Cet acharnement reflète la fonction vitale qu’occupe l’ancien dictateur pour la gauche: le dépannage 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, de sa bonne conscience.

Vous avez des doutes sur la légitimité du régime cubain? L’autoritarisme et le clientélisme pétrolier de Chavez vous gratouille?

La mémoire de Pinochet est là pour vous rappeler que le grand danger pesant sur l’humanité est bel et bien le fasco-capitalisme soutenu par Washington.

Bien sûr, le putsch chilien est déjà ancien, mais la CIA et les multinationales qui l’ont ourdi sont plus puissantes que jamais. Le ventre est encore fécond, d’où est sorti la bête.

Pinochet donc le rôle essentiel du dragon dans la geste de gauche: son caractère odieux met en valeur la noblesse de ses adversaires.

Il sert à racheter toutes les fautes, à dissiper toutes les complications, à étayer tous les pieux mensonges du progressisme.

Le plus tenace de ces mensonges reste le récit du coup d’État de septembre 1973. On peut résumer comme suit la version communément admise des événements:

Salvador Allende, président démocratiquement élu et respectueux de la constitution, se heurta dès le départ à l’hostilité de la droite, de l’armée et de Washington.

De l’extérieur, les grandes compagnies américaines qui avaient été nationalisées suscitèrent, avec l’aide de la CIA, des difficultés économiques qui plongèrent le Chili dans le chaos.

À l’intérieur, des éléments fascistes de l’armée et des membres réactionnaires du Congrès prirent le prétexte de ce chaos pour noyer dans le sang une expérience de gauche et abolir la démocratie.

Jean-François Revel et Carlos Rangel démontrèrent que cette version était inexacte. Malheureusement, trente ans après leurs démonstrations, l’idée d’un Allende tout blanc et d’un Pinochet à la solde de la CIA persiste.

Il est donc utile de rappeler les faits tels que les a consignés Revel dans La Tentation totalitaire (1976 – je résume, avec quelques compléments d’informations, les pages 283 à 295):

1) Allende n’a pas été porté à la présidence par un courant populaire irrésistible.

L’élection présidentielle de 1970 est une triangulaire. La droite conservatrice, s’étant désolidarisée des Démocrates chrétiens au pouvoir depuis 1964, a maintenu son candidat.

Cette scission à droite fait qu’Allende bat le candidat chrétien démocrate de très peu, avec 36,2% des voix. Au total, 62,7% des Chiliens ont voté contre Allende.

2) Il est faux de dire que la droite s’est montrée mauvaise perdante.

En cas d’absence de majorité absolue à une présidentielle, la constitution chilienne prévoyait non pas un deuxième tour comme en France, mais un vote au Congrès. Les Démocrates chrétiens qui dominaient très largement le Congrès, aurait pu en toute légalité imposer leur candidat.

Mais ils ont estimé n’avoir pas obtenu du peuple un mandat suffisant, et ont décidé de se rallier à l’Unité populaire, la coalition de gauche dirigée par Allende.

C’est avant le vote parlementaire que, comme l’ont prouvé les rapports d’enquête du sénat américain, la compagnie ITT a cherché à soudoyer des députés.

Cette tentative de subversion d’une démocratie est scandaleuse, mais il faut reconnaître qu’elle a échoué: Allende a été élu.

Cette victoire relativise en outre la portée des diverses interventions de Washington dans la vie politique chilienne.

Il est exact que la CIA oeuvra en sous-main pour faire élire le Chrétien démocrate Eduardo Frei en 1964 – cela a été avéré par des documents américains déclassifiés en 2004.

Mais si les Américains faisaient comme on le dit la pluie et le beau temps au Chili, Allende ne serait jamais arrivé au pouvoir.

Il est également exact qu’entre le vote de 1970 et l’investiture d’Allende, la CIA a soutenu un complot contre lui. Mais là non plus, il ne faut pas exagérer l’importance de cette affaire.

Le rapport du Sénat US de 1975 – réquisitoire par ailleurs impitoyable contre Nixon – montre que la CIA a passé trois armes à des officiers, que ceux-ci n’avaient rien à voir à avec le complot et ont retourné ces armes (voir citations dans le texte anglais en regard).

Les vrais mutins, après avoir assassiné le chef de l’État-major chilien, se sont heurtés à une armée loyale qui n’a pas voulu marcher: la preuve, c’est qu’Allende a été investi deux jours après ce coup tordu.

Après 1970 il y a soutien financier de la CIA à des groupes d’opposants. Mais rien n’indique que le gouvernement américain était impliqué dans le coup de 1973.

Quant aux militaires, ils ne songent pas à intervenir avant le début 1973, c’est-à-dire au moment où le pays est en totale déliquescence.

Je ne justifie pas l’intervention: je dit simplement que l’examen des faits n’accrédite pas la thèse d’un complot militaire immédiat contre Allende.

3) Le responsable de la descente du Chili dans le chaos est Allende lui-même.

Ayant été élu en vertu du ralliement du centre-doit, le président a fait comme s’il avait eu un mandat pour révolutionner l’économie et la société chilienne.

Allende, écrit Revel, a “cédé au vertige de traiter 62% de ses concitoyens comme les ennemis de classe des 36% qui avaient voté pour lui, de gouverner comme si ces 36% d’électeurs représentaient l’unanimité du pays.”

Et Revel de citer Carlos Rangel, qui affirme que la démocratie aurait survécu au Chili si Allende n’avait pas cherché à “se montrer à la hauteur” de Fidel Castro et du Che.

Les Démocrates chrétiens étaient prêts à nationaliser certaines entreprises – ils avaient eux-mêmes entrepris des réformes agraires et des nationalisations dans les années 1964-1970. Ils auraient été prêts à élaborer un programme commun avec un candidat qu’ils avaient soutenus.

Mais ce programme aurait été jugé insuffisamment révolutionnaire par Castro et ses admirateurs: Allende a donc opté pour le jusqu’au-boutisme marxiste.

4) Il est faux de dire qu’Allende a respecté la constitution.

Allende, on vient de le voir, ne se considère par comme un homme politique comme les autres, mais comme le fondateur d’un nouveau régime. Il parle constamment de “révolution” et de “voie chilienne vers le socialisme”.

Ses partisans ne cachent pas que le respect de la lettre de la constitution est une concession tactique.

L’Unité populaire met au pas les syndicats et organisations d’étudiants qui refusent de se joindre à elle, ainsi que les organes d’information.

Elle adopte un projet de réforme de l’enseignement visant à imposer le marxisme-léninisme comme doctrine obligatoire.

En 1971, Allende montre sa vision de l’avenir du Chili en rétablissant les liens avec Cuba, en dépit d’une convention au sein de l’Organisation des États américains qui excluait une telle reconnaissance.

Des dizaines de milliers de guérilleros venus de toute l’Amérique latine affluent vers le Chili et les armes sont accumulées. C’est cette accumulation clandestine qui sort l’armée de sa réserve.

Il est vrai qu’aux législatives de mars 1973, la coalition de gauche obtient 43% des voix – un score inespéré après deux ans de chaos.

Mais il faut remarquer deux choses. D’abord, Allende reste minoritaire: ce n’est pas un plébiscite.

Et surtout, l’ampleur de cette victoire est sujette à caution. D’après l’ancien président Eduardo Frei – qui avait soutenu Allende lors du vote au Congrès – il y a eu d’énormes pressions du pouvoir dans l’élection de 1973, et fraude sur 4-5% des voix.

Frei n’est pas de seul a accuser le président d’entorses à la constutution. Depuis 1971, les tribunaux avaient rendus de nombreux arrêts contre l’exécutif, l’accusant d’abus de pouvoir: Allende n’en a jamais tenu compte, montrant son mépris pour le pouvoir judiciaire.

5) L’écroulement de l’économie chilienne n’est pas dû au “blocus” américain ou à la subversion interne fomentée par la CIA.

La principale raison du tarissement des nouveaux emprunts qui affecta le Chili entre 1971 et 1973, c’est le scepticisme face à la solvabilité du pays.

Quand un État s’empare des biens étrangers et des exploitations agricoles sans verser d’indemnités, il ne peut guère s’offusquer de la réticence des investisseurs et des bailleurs de fonds.

De plus, le gouvernement Allende obtient du FMI des lignes de crédit à court terme en janvier 1972, et un moratoire en avril.

Même s’il y a une extrême méfiance des instances financières vis-à-vis d’Allende, on ne peut pas parler d’asphyxie ou de complot.

Si les camionneurs paralysent le pays, ce n’est pas parce qu’ils reçoivent des fonds de la CIA, mais parce qu’on veut les empêcher de travailler.

Les mineurs, conducteurs d’autobus, infirmières, commerçants, chauffeurs de taxi, paysans, et d’autres qui défilent au Chili ne sont pas des suppôts stipendiés de Washington.

Ce sont des gens ordinaires qui, en toute sincérité, rendent le gouvernement responsables de leurs problèmes.

La gauche n’a aucun problème pour comprendre la légitimité d’un mouvement social dans la France de Chirac – mais dans le Chili d’Allende, elle considère un tel soulèvement comme subversif!

La lourde responsabilité du président marxiste dans la destruction de la démocratie au Chili reste un sujet tabou.

Le petit-fils de Pinochet s’est vu radier de l’armée pour l’avoir évoqué dans son discours aux obsèques de son grand-père.

En histoire, les images d’Épinal ont une force que la vérité complexe n’a pas.

C’est pourquoi j’ai peu d’illusions sur la fin du mythe Allende. Mais j’aurai fait ce que j’ai pu pour le combattre…

Sardanapale @ 10:21 am
Filed under: International
  1.  
    alcofibrasnasier
    December 16, 2006 | 9:36 pm
     

    Bon résumé du mythe ! Vu aussi :

    http://72.14.221.104/search?q=cache:0sFztv2hdXsJ:www.liberte-cherie.com/a819-Allende_etait-il_le_petit_saint_que_les_communistes_en_ont_fait_.html+allende+d%C3%A9mocrate&hl=fr&gl=fr&ct=clnk&cd=6&lr=lang_fr

    Mais pessimisme de rigueur quand même : encore un mensonge qui sera défendu bec et ongles longtemps !

  2.  
    Stephane
    December 21, 2006 | 5:26 am
     

    Au journal de TV5, le commentaire du journaliste: “D’un point de vue économique, Pinochet a instauré l’ultra-libéralisme au Chili. Cela eut pour conséquence d’apauvrir un grand nombre de Chiliens.” Un flagrant délit de mensonge économique qui en dit long sur les arrières-pensées des journalistes: faire de Pinochet le symbole du libéralisme.

  3.  
    December 21, 2006 | 11:13 am
     

    […] Noté cette belle formule de Sardanapale dans son billet relatif à Allende: Cet acharnement reflète la fonction vitale qu’occupe l’ancien dictateur pour la gauche: le dépannage 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, de sa bonne conscience. […]

  4.  
    Sardanapale
    December 21, 2006 | 2:52 pm
     

    Comme je l’ai précisé sur l’excellent blog http://www.peres-fondateurs.com/slak/ je crois bien avoir piqué la formule ci-dessus à ce cher Revel. Je ne me rappelle pas la référence, mais ça pourrait être dans la Nouvelle censure… Help someone?

    Merci aussi à Stéphane pour cette perle de TV5! Frappés de pleins fouet par l’horreur économique du néolibéralisme, ces pauvres chiliens sont effectivement dans la misère: un produit intérieur qui n’a que doublé en 15 ans, une croissance qui ne dépasse pas les 6% l’an dernier, un chômage exhorbitant de 8%, un PIB par tête de 6,000 dollars à peine (bon d’accord, c’est plus que tous les autres pays dAmérique du sud et centrale, mais c’est quand même 10 fois moins que le Luxembourg)…

    On se demande bien pourquoi, dans ces conditions, la gauche chilienne depuis 16 ans a reconduit les politiques libérales, au lieu de revenir l’hyperétatisme qui avait si bien réussi sous Allende? Les multinationales américaines doivent encore y être pour quelque chose…

  5.  
    Polydamas
    December 23, 2006 | 7:52 pm
     

    A lire également la liste des griefs que le Parlement chilien a voté en 1973, avant le coup d’état…

    Eclairant.

    A l’exception du nombre de morts, on croirait lire un réquisitoire contre un dictateur…

    http://chroniquespatagones.blogspirit.com/archive/2006/12/13/le-chili-entre-enfin-dans-le-21e-siecle.html

  6.  
    December 26, 2006 | 9:32 pm
     

    […] Dans son rcent article revenant sur la mort d’Augusto Pinochet, Sardanapale rsume en quelques points ce qu’crivait Revel propos de so coup d’Etat de 1973, et de la politique de Salvador Allende. […]

  7.  
    May 21, 2010 | 4:45 am
     

    Fidel Castro would always be an icon of history evethough he is against the U.S.*.-

  8.  
    July 19, 2010 | 10:01 am
     

    Fidel Castro still have some good legacies despite his not so good repuation.-‘~

  9.  
    October 11, 2010 | 6:46 pm
     

    Fidel Castro may not be a hero for western countries but he did a good job in providing subsidized medical care in Cuba:*.

  10.  
    Sardanapale
    October 13, 2010 | 2:24 pm
     

    Hitler gave Germany great autobahns. Does that mean we have to ignore his human-rights record?

  11.  
    December 13, 2010 | 9:44 am
     

    actually, Fidel Castro is not at all a bad man. Cuba has one of the best government medical care in the world `.,

Sorry, the comment form is closed at this time.