Sardanapale

Posted on Thursday 25 May 2006

Friend or foe?

The Times Literary Supplement last week reviewed a book that seems interesting. It is about relations between two countries that are dear to my heart, France and Britain.

Here is what the reviewer had to say about it:

Are the French and the British enemies pretending to be friends, or friends pretending to be enemies? Robert and Isabelle Tombs, a trans-Channel couple (he is English, she French), have done an impressive job of making sense of what they call “one of the most intense, most troubled, and most significant [relationships] of modern times”…

The Tombses’ story starts in 1688. Old rivalries took a momentous turn when William of Orange, a Dutch Prince bent on opposing French expansionism, ousted Britain’s Stuarts, who had been faithful allies of Louis XIV. The Glorious Revolution launched the “second Hundred Years’ War”, which ended with France’s conclusive defeat at Waterloo. The authors analyse every aspect of the conflict – including its truces and fruitful contacts between the two societies.

Three key features, often neglected by French historians, may be highlighted here. First, the war was rooted in French aggression. As the authors write, Louis XIV’s reign “was dedicated to ensuring that the king dominated France . . . and that France dominated Europe”. The Sun King regularly raided the Low Countries and the Rhine… During the final phase of the Hundred Years War, and on through the French Revolution and Empire, expansionism was resumed with the extra zeal provided by Revolutionary fervour.

The new France was much more successful than the ancien régime ever had been in its effort to shape Europe in its image. Thanks to the military genius of Bonaparte and a large population forced to provide cannon fodder, the Empire at its height was comparable in size to the Third Reich.

The second key point is that the war was to a large extent driven by ideology. In the same way that the Cold War cannot be reduced to a power struggle between two rivals, France and Britain were involved in a wider conflict over how societies should be run.

One stood for absolute government, whether in its royal or demotic form, the other for parliamentary rule. William III believed he was defending not just the independence of his realm, but also “the liberty of Europe”. Eighteenth-century Britain also felt it was fighting tyranny. In France, England was hated as a money-grubbing society.

During the Revolution it embodied the dark forces of reaction. The Terror brought paroxysms of ideological Anglophobia, as witnessed by this diatribe by a leading Jacobin: “Young Republicans must suck hatred of the English name with their mother’s milk…. generosity towards [an Englishman] is a crime against humanity… Every calamity that besets the revolution and strikes the people stems from the system of horrors organized in London”.

Ideological divides can be vicious, but on the whole they are the easiest to bridge. One reason is that countries are not ideologically homogeneous: French opponents of absolutism were Anglophiles, and British progressives were elated by the French Revolution… As Robert and Isabelle Tombs make clear, there was always mutual fascination between two peoples who crossed the Channel in large numbers during truces, and enthusiastically traded intellectual ideas and popular fashions.

The third important point about the century-long war is the decisiveness of Britain’s victory. Such an outcome seemed unlikely at the start. Late seventeenth-century France was an unchallenged “hyperpower” and Britain a bit player. By 1815, the former had collapsed and the latter was an economic giant that shaped Europe and bestrode the globe. The question is: why? Eighteenth-century France was mystified by the military and financial might of Britain – which even in 1788 had half of France’s GDP and a third of its population.

“How is it that, of two landowners, one having 10,000 [livres] a year in income, and the other more than 40,000, the former, who has more debts, can raise more cash?” asked Louis XV’s controller-general of finance, Henri-Léonard Bertin, in 1759. The stock answer was that Britain’s wealth rested on an illusion – hence France’s shock at its repeated defeats.

But as That Sweet Enemy makes clear, Britain’s ability to raise cash was not such a mystery. Being dependent on revenue approved by Parliament was not a weakness, as the French assumed, but a strength. Britain’s tax system had a legitimacy that an absolutist regime could not aspire to. It also benefited from being a fair single unit. France, by contrast, was riddled with ancient privileges which absolute rule had been powerless to remove, and blighted by a privatized tax collection system that benefited rich insiders at the expense of the State…

If the authors… convincingly portray France as the villain of the piece before 1815, they are much harsher on Britain thereafter. Put simply, London was culpably reluctant to accept that the French leopard had changed its spots, and remained often blind to the common interests and values they now shared…

During the 1870 Prussian war, the British remained neutral. Many British commentators enjoyed watching another aggressive French dictator bite the dust. Adolphe Thiers, dispatched to London to plead for British help in negotiating moderate peace terms, received no help from Gladstone and was left to rue: “The sleepless nights that France used to cause her [Britain] will now come from Prussia”. Thiers understood the real stakes – but over the next decades British leaders were slow to learn.

Despite the signing of the entente cordiale in 1904, Britain avoided siding with France too closely in the run-up to the First World War… The mistakes of the 1900s were repeated in the face of a much more obvious German enemy. The Tombses do blame the French, who were equally slow in realizing the Nazi danger, and complicit in trying to placate the Germans. But French leaders had fewer illusions.

Their suggestion of a common stance ahead of the infamous Munich meeting in 1938 was brushed aside by London as a provocation. The French felt they could not be tough on their own. “Appeasement, broadly speaking, had been a British choice and a French necessity”, the authors write.” Britain’s reluctance to contemplate involvement in a Continental war meant that it was no more ready in 1939 than it had been in 1914. Lack of cooperation in peacetime was all the more regrettable, as the two countries worked together well enough in wartime…

The Tombses tell the familiar story of Churchill’s rocky relationship with General de Gaulle, and the less familiar story of the crucial support the French underground received from the Special Operations Executive (SOE). This – and the rest of Britain’s wartime contribution – is often overlooked by the French, who tend to think the Resistance and the Free French ousted the Nazis almost unassisted. The chief architect of that myth was of course Charles de Gaulle, who told an SOE officer he spotted during the liberation of Paris: “You have no place here”.

That rebuff set the tone for post-war decades. British decline and French prosperity contributed to driving the two countries apart. In the 1960s, de Gaulle vetoed the United Kingdom’s endeavours to join the European Community, which he saw as attempts to wreck it. Relations did not improve after the UK was admitted, in 1973. Within a decade, British revival and French decline drove the two further apart.

Muddy stream

“Dans ce siècle le vice a sa candeur comme la vertu, et la corruption sa naïveté comme l’innocence.” Chateaubriand

“Y pourrait m’expliquer, mais ça prendrait des plombes.” Renaud
_________________________________

Si à ce jour je n’ai pas encore écrit une ligne sur l’affaire Clearstream, c’est pour une bonne raison.

Je n’y comprends rien.

Pourtant j’essaie de me tenir au courant. Je lis Le Monde comme tout le monde, c’est-à-dire en diagonale. Pour ce dernier feuilleton, j’ai fait des efforts: j’ai même réussi à lire plusieurs articles jusqu’au bout.

Mais je n’y comprends toujours rien.

Cela tient-il au caractère touffu d’un imbroglio qui mêle barbouzeries, ventes d’armes, fausses dénonciations et vraies vacheries, haute finance et basse police?

Sans doute, mais les choses compliquées, ça s’explique. On attend précisément des journaux qu’ils se chargent de cette tâche.

En acceptant qu’il soit bon de publier des dépositions et autres éléments d’une enquête en cours – c’est-à-dire en acceptant que la justice ne sert à rien — il faut au moins que ces violations du secret de l’instruction éclairent le public.

Or prenons le dernier en date du dernier article publié par Le Monde sur cette affaire. Il s’ouvre sur ces lignes:

“L’ex-numéro 2 d’EADS est convoqué en début de semaine prochaine par les policiers de la Direction nationale des investigations financières (DNIF), a-t-on appris, mercredi 24 mai, de sources proches de l’enquête.

L’ex-haut responsable d’EADS a reconnu avoir envoyé deux des courriers anonymes qui sont parvenus au juge Renaud Van Ruymbeke en 2004. Ces lettres contenaient des listings de comptes de l’établissement financier luxembourgeois Clearstream. Le premier courrier avait été adressé au juge Van Ruymbeke le 3 mai 2004. Des noms de personnalités politiques, dont celui de Nicolas Sarkozy, étaient apparus dans les courriers ultérieurs. Ces listings se sont révélés truqués.”

Je me mets à la place de quelqu’un qui ne sait précisément pas ce dont il s’agit (ce qui est facile car c’est mon cas, et je suppose celui de 99% des Français). À supposer que ce lecteur soit arrivé à la fin du second paragraphe, que sait-il?

Il sait qu’un type, ancien haut responsable de quelque chose qui s’appelle EADS, va être interrogé par la police pour avoir envoyé à plusieurs personnes, dont un juge, des listes de clients d’un organisme financier, appelé Clearstream, et que ces listes contenaient les noms de personnalités politiques.

Il sait aussi que cela est suspect parce que 1) ces courriers étaient anonymes, et 2) les listes étaient truquées.

À ce point, et à supposer que notre lecteur fasse l’effort de se préoccuper plus avant de cette question, il va se demander en quoi l’envoi de ces listings peut intéresser la police.

Si moi, habitant de Londres, je m’amuse à fabriquer de toutes pièces une liste de parents d’élève indiquant que le ministre Jack Straw envoie sa fille à l’école primaire de mon quartier, et que je l’envoie anonymement à un juge, est-ce que je risque d’être convoqué par Scotland Yard?

Le lecteur lambda va sans doute déduire que les courriers dont Le Monde fait état étaient des dénonciations, c’est-à-dire que les clients de Clearstream étaient censés se livrer à des activités illicites.
Mais si c’est le cas, qu’on le dise, et qu’on me donne une idée de ces activités.

Qu’on me dise aussi ce qui a pu pousser ce monsieur à faire de fausses dénonciations? Et si le journaliste ne sait pas, qu’il me dise que les motifs sont mystérieux.

Et puis, qu’est-ce que cet AEDS dont on parle dès la première phrase (comme si je devais le savoir)? Qu’est-ce que Clearstream?

En lisant le reste de l’article (il faut partie de ceux que j’ai terminés) le lecteur n’obtient aucun de ces éclaircissements. Toute l’information tangible est contenue dans les deux paragraphes ci-dessus.

On me dira: le lecteur n’est pas totalement naïf. Cela fait des semaines qu’il entend parler de l’affaire à longueurs de bulletins d’informations. Le journaliste ne va pas récapituler l’affaire à chaque article.

Et pourquoi pas? Le “journal de référence” est lu par de nombreuses personnes qui habitent l’étranger; de nombreux lecteurs peuvent revenir de voyage et avoir besoin de quelques explications.

Et puis même en France, tout le monde n’est pas rivé à Europe Un 24 heures sur 24, et un petit rappel des épisodes précédents aiderait à la compréhension.

C’est d’ailleurs ce que fait la presse anglo-saxonne: chaque article contient quelques lignes de “background” replaçant les dernières informations dans leur contexte.

Dans les journaux américains, les scandales les plus épais de Watergate à Whitewater (c’est marrant ce motif aquatique dans les affaires américaines comme françaises, mais passons) ont toujours été expliqués de telle façon que les non-initiés puissent se faire une opinion.

En France, c’est “comprenne qui pourra”. Je me souviens qu’il y a quinze ans, revenant au pays après un séjour aux États-unis et rêvant de devenir journaliste, j’avais entrepris d’écrire un article en anglais sur les fausses factures du PS.

J’avais lu à la bibliothèque les journaux des six derniers mois et j’avais eu un mal fou à comprendre ce dont on parlait. Les articles se focalisaient sur de minuscules péripéties, invitant le lecteur à s’indigner sur des choses dont ni l’importance, ni même la signification, n’était clairement exposée.

En guise de contexte, il y avait des renvois aux éditions précédentes sur lesquelles je me précipitais sans que ces articles jettent la moindre lumière sur les événements.

Des noms de sociétés et de personnes (Urba, Gracco, Henri Emmanuelli, etc.) revenaient tout le temps; ils sentaient le soufre sans qu’on sache bien pourquoi. On évoluait dans une brume opaque et interlope… C’était un peu comme les romans de Modiano, le génie littéraire en moins.

Le problème c’est que les journalistes prétendaient faire non pas de la littérature, mais de la politique. Ils voulaient éveiller les lecteurs aux tristes réalités de notre vie publique et provoquer un sursaut “citoyen”.

Mais la fange informe qu’ils déversaient ne suscitait qu’un écoeurement abstrait. Je crois sincèrement que très peu de lecteurs comprenaient ce qu’était une fausse facture, et en quoi cette manipulation pouvait servir au financement d’un parti politique.

Comment voulez-vous que le citoyen exige des remèdes lorsqu’il ne comprend pas le mal?

Il n’est pas étonnant que Français se soient désintéressés du scandale et que les fausses factures aient continué malgré plusieurs lois sur le financement de la vie politique.

Le même scénario se reproduit sous nos yeux. Les Français se désintéressent de l’affaire Clearstream, qui ne leur inspire qu’une nausée vague et inutile.

Oui, ce scandale montre que la démocratie en France française est malade – mais elle est malade de sa presse autant que de ses institutions politiques.

Sardanapale @ 7:05 pm
Filed under: France
  1.  
    Harald
    May 26, 2006 | 3:40 pm
     

    Elle est surtouti malade du comportement moutonnier de l’électeur de base qui se fout de ces scandales comme de l’an 40 tant qu’il peut bouffer sans avoir à se serrer la ceinture, tant qu’il lui reste assez d’oseille pour prendre sa bagnole pour partir en week-end, que la location de juillet sur la Côte ne sera pas remise en cause suite à fin de mois difficile.

    Vous citez, avec raison, le triste exemple des fausses factures du PS, pourtant pas si compliqué que cela dans le fond, mais passé plutôt inaperçu. Cela peut se comprendre, dans le fond, cela ne touchait pas le citoyen contribuable. Prenez maintenant l’affaire (les affaires serait plus juste) du Crédit Lyonnais. Il y a eu magouilles, détournements, bévues en chaîne et pour finir un incendie des archives tombé pile poil à pic pour achever la descente du rideau de fumée. Cette affaire a eu une répercution non négligeable pour le contribuable puisque l’état a dû mettre la main au porte-monnaie (64,50€ par français soit un peu plus de 7 milliards d’€). Avez-vous entendu les cris de protestations de nos chers concitoyens? Les avez-vous entendu lorsque Thierry Breton, ministre des finances, est venu dire en substance: ” concernant la dette publique de la France, on a fait une erreur. Elle n’est pas de 1.000 milliards d’euros mais de 1.900 milliards “.

    Dans le fond, le français s’en fout, il ne comprend pas grand chose à ces choses là, il s’en fout un peu tant que cela n’a pas une réelle incidence sur sa petite vie. Et puis qu’attendre d’un peuple qui s’enthousiasme pour les brigands depuis Cartouche et Mandrin en passant par Spaggiari et Mesrine?

  2.  
    Sardanapale
    May 26, 2006 | 5:06 pm
     

    Tout à fait d’accord. Le Français apathique mérite bien la presse crétine qu’il a.

    Sur le Lyonnais, il est en effet scandaleux que la chose ait fait, au bout du compte, si peu scandale. Les Français ont considéré nornal que l’État leur prenne 1,000 euros par foyer fiscal pour renflouer la banque (je ne compte que la note laissée par Haberer, pas l’affaire Executive Life).

    Comme l’avaient dit les Guignols à l’époque: “Ce n’est pas une privatisation; ce n’est pas une nationalisation; c’est une sodomisation.”

  3.  
    jean dupond
    May 27, 2006 | 7:47 am
     

    Et ils avaient ajouté (les guignols) “et on y passera tous!”.
    Excellent édito digne de “la connaissance inutile”.

  4.  
    alcofibrasier
    May 27, 2006 | 7:53 am
     

    Le piège à cons…
    Toute cette histoire me rappelle un film d’Yves Robert (je crois) : le “grand blond avec une chaussure noire” avec Pierre Richard, à ceci près que les étourderies du grand blond deviendraient à un moment donné dans cette histoire, non plus un règlement de compte politique facilement escamotable dans notre doulce France qui en est habituée, mais un missile incontrôlable susceptible de détruire tout et son contraire.
    Les conséquences de cette rumeur (je ne résume pas depuis les listings), peut aussi bien démolir les deux principaux personnages de l’état comme le candidat naturel de la droite pour 2007.
    Et comme la rumeur est toujours plus forte que le démenti…
    Et que Chirac ne veut absolument pas voir Sarko à l’Elysée…
    Et que Villepin, malgré qu’il s’en défende, EXIGE un destin national, et très vite…
    Et que… et que…

    Alors cher Sardanapale, pour une fois, disons, à l’instar du Général : faisons confiance au bon sens de la majorité des français

  5.  
    Harald
    May 27, 2006 | 11:54 am
     

    ” Alors cher Sardanapale, pour une fois, disons, à l’instar du Général : faisons confiance au bon sens de la majorité des français “.

    Pari on ne peut plus risqué pour peu que l’on considère que ces derniers ont porté deux fois de suite Mitterrand à la magistrature suprême, qu’ils ont reconduit Balkany dans son fauteuil de maire une fois sa peine achevée et qu’ils ont fait de même pour Mellick.

Sorry, the comment form is closed at this time.