Sardanapale

Posted on Friday 5 May 2006

Orphaned

This afternoon Jean-François Revel is being buried in Paris. I could not get the day off, so I am paying my respects privately from London – I suspect my colleagues are wondering why this big mouth of mine is suddenly shut.

I will just note for now that Revel’s death did not make the front pages in France. Not a word about him on the website of France Culture radio. Would it be the case had he been a recognized left-wing intellectual, if his initials had been BHL?

I also note that a number of commentators continue to spread rank nonsense about him.

Libération – now that Revel is not there to sue for libel – prints actionable rumors about Revel’s supposed links with the Moonist sect.

The paper also writes that “his anti-totalitarianism took a slightly apocalyptic turn (How Democracies Perish, 1983), before the fall of the USSR settled the issue.”

Ambiguous tributes are also found in the magazine he once edited L’Express: “Jean-François Revel made mistakes,” writes Denis Jeanbar; he was “brutally anti-communist from the 1970s,” according to Éric Mettout. Would it occur to him to describe anyone as “brutally anti-Nazi”?

To clean your mind after being exposed to such bilge, here are a few words from Revel himself:

“Warlike communism, despite its eventual crumbling, was never as dangerous as it became during the 1970-1985 period. If the pacifists and détentists who recommended appeasement had prevailed, it may have overcome its internal crisis, or at least extend its lifespan through fruitful external victories.

It is as though someone said: ‘You can see there was no reason to be worried in 1805 about Napoleon because in 1815 he was in St Helena.’

The whole point is that he ended up there as a result of actions by a number of leaders and peoples – not because Napoleon posed no danger to the Europe of 1805 or was bound to run out of steam eventually.” (Democracy Against Itself, 1992, chapter 6)

You can read other Revel quotes on the indispensable chezrevel website.

Deuil

Cet après-midi on enterre Jean-François Revel à Montparnasse. N’ayant pas pu me libérer, je me recueille dans mon coin, à Londres. Mes collègues de travail sont sans doute surpris de me voir pour une fois silencieux…

Je noterai simplement que Revel n’a pas eu droit aux unes des journaux. Et rien à ce jour sur la page de garde de France Culture. Fallait-il qu’il soit classé à gauche? Aurait-il dû se nommer BHL?

Je remarque aussi que certains commentateurs continuent de le couvrir d’inepties jusque dans la tombe.

Pour Libération, “son antitotalitarisme prend des allures légèrement apocalyptiques (Comment les démocraties finissent, 1983) avant que la chute de l’URSS ne règle la question.”

On trouve aussi des hommages pour le moins mitigés dans L’Express: “Jean-François Revel a commis des erreurs,” écrit Denis Jeanbar; d’après Éric Mettout, il fut “brutalement anticommuniste à partir des années 70. ”

Parlerait-il d’un écrivain “brutalement anti-Nazi”, ou “brutalement anti-Le Pen”? Histoire de se nettoyer la cervelle, je laisse la parole à Revel:

“Malgré son affaiblissement ultérieur, le communisme guerrier n’a peut-être jamais été aussi dangereux qu’au cours de la période 1970-1985.

Si l’on avait écouté les pacifistes et les détentistes qui préconisaient de ne pas lui résister afin de mieux l’apaiser, il aurait pu, sinon surmonter sa crise interne, du moins prolonger son existence grâce à de fructueuses victoires externes.

C’est un peu comme si on disait: ‘Vous voyez bien qu’il n’y avait aucune raison de tant s’inquiéter en 1805 à propos de Napoléon, puisqu’il s’est retrouvé à Sainte-Hélène en 1815’.

Il s’est retrouvé à Sainte-Hélène en 1815 parce qu’un certain nombre de dirigeants et de peuples ont exécuté un certain nombre d’actions qui ont fini pas donner ledit résultat, et non parce qu’il ne représentait aucun danger pour l’Europe de 1805, ou ne lui faisait courir qu’un danger appelé à se dissiper lui même.” (Le Regain démocratique, 1992, chapitre 6)

D’autres citations sont disponibles sur l’indispensable site chezrevel.

Sardanapale @ 11:23 am
Filed under: General
  1.  
    May 5, 2006 | 4:34 pm
     

    Nous aurions dû partager un Ricard, alors… En attendant, je vois que Le Point publie une photo de Revel (en 59, je crois) devant “La mort de Sardanapale”!

  2.  
    May 5, 2006 | 5:47 pm
     

    Ce matin, je lisais un article relatant le fameux classement du Forbes. Fidel Castro y apparaît dans la liste des presque 800 milliardaires dressée par le magazine. J’ai évidemment pensé à Revel. J’ai évidemment pensé que rien ne serait plus pareil. Quel manque !

  3.  
    May 5, 2006 | 6:48 pm
     

    […] Sardanapale: Deuil et Revel et les communistes […]

  4.  
    Alcofibrasnasier
    May 9, 2006 | 11:39 am
     

    A propos de l’épuration intellectuelle et ses dérives marxo-moralistes qui suivirent la Libération en France, Audiard disait « être censuré par Aragon et Elsa Triolet ou la Propaganda-Staffel, je ne vois pas de différence ».
    L’Opium des intellectuels fut en son temps considéré par Sartre, un type brillant, paraît-il, comme une aimable plaisanterie féodale.
    Comment les démocraties finissent fut accueilli d’un revers de main, sourires entendus à l’appui, par la clique germanopratine, accusant au passage Revel de défoncer des portes ouvertes.
    Au vu des contrevérités et autres approximations lues ici et là derrière le corbillard de cet « antitotalitariste apocalyptique », il est raisonnable de penser que cette censure perdurera et que sous le soleil radieux du Luberon, il sera toujours de bon ton de préférer se tromper avec Sartre qu’avoir raison avec Aron… et encore moins avec Revel !
    Souhaitons que la prochaine destination de BHL soit la Chine, et qu’il nous revienne, outre avec un bouquin parsemé de truismes, avec une grippe aviaire histoire de décimer au Café de Flore ou aux Deux Magots les cerveaux progressistes aux flatulences suprarectales…

    Alcofibrasnasier

  5.  
    Sardanapale
    May 10, 2006 | 9:34 am
     

    Cher Alcofibrasnasier (il faudra un jour que vous m’expliquiez ce qui ne peut être qu’un pseudo): entièrement d’accord avec vous. Je signale que votre souhait concernant BHL a déjà été partiellement exhaussé. Je me souviens que dans les années 1980, un écrit sur la Chine de Lévy (lequel, je ne me rappelle plus…) a été allègrement descendu en flamme par quelqu’un qui, lui connaissait la question, Simon Leys. L’article de Leys intitulé “Voyage en haute platitude” est je crois reproduit dans le recueil L’humeur, l’honneur, l’horreur: Essais sur la culture et la politique chinoises. C’est un classique et je vais essayer de le dénicher.

  6.  
    Alcofibrasnasier
    May 10, 2006 | 1:02 pm
     

    Alcofibrasnasier ?

    Pseudo avant l’heure de François Rabelais, mais je suppose que Sardanapale avait déjà “googlé”…

    L’explication est simple : comme tous les sites intéressants demandent des pseudos et qu’à chaque tentative lesdits sites répondent invariablement que notre proposition est déjà attribuée (ou ils nous proposent un pseudo intellectuellement incohérent), il n’y avait qu’un beauf de mon acabit amateur de Bordeaux qui pouvait puiser dans notre riche littérature, et la resservir à chaque inscription… (au passage, même “Bardamu” était pris sur certains sites !)
    Cela dit, je remercie par avance Sardanapale de dénicher les articles de Leys !

    Amitiés…

  7.  
    alcofibrasnasier
    May 10, 2006 | 4:33 pm
     

    Ben mon colon !
    Merci pour ce texte de Leys (auteur que je ne connais pas)
    Marrant de faire ici un parallèle : te souviens-tu de “l’affaire Peyrefitte” quand les agités du bocal gachistes l’accusèrent d’avoir pondu un pavé sur la chine (Quand la Chine séveillera en 1973) sans être sorti de sa chambre d’hôtel ?
    Et pourtant… Même si quelques “prophéties” de cet auteur furent aléatoires, il faut reconnaître qu’au vu de la situation actuelle, ce “vieux réac” relègue les écrits de notre Lévy au rang d’aimable rédation de colégien…
    bien à toi !

Sorry, the comment form is closed at this time.